Lignes directrices de ChasseSuisse

La pérennité est le coeur de la chasse
La chasse permet la préservation et l’utilisation mesurée de ressources naturelles durables dans notre monde rural agricole. L’Union mondiale pour la conservation de la nature cite: “Une chasse pérenne contribue à la préservation de la diversité des espèces” (IUCN 2000). L’utilisation des animaux sauvages par la population locale permet de maintenir l’intérêt porté à la faune sauvage. La chasse contribue ainsi considérablement à la diversité des espèces.
ChasseSuisse s’engage pour le maintien de la diversité des espèces ainsi que pour une utilisation modérée des populations d’animaux sauvages.

La chasse est bien davantage que seulement tuer des animaux sauvages
Le fait de tuer des animaux sauvages, d’attraper des proies, tout comme les trophées, ne sont que des parties de la chasse. La chasse est bien plus que cela. Elle comprend de nombreuses activités manuelles, sociales, culturelles et scientifiques. A mentionner notamment la surveillance des animaux sauvages et de leur santé, la préservation et l’entretien des habitats ainsi que les réponses aux questions scientifiques encore non clarifiées, relatives à la biologie de la faune.
La chasse de régulation est une chasse moderne, c’est à dire qu’elle utilise et en même temps prend soin des ressources, de façon modérée et adaptée aux populations et aux circonstances. Ainsi, la chasse peut aussi souvent conduire à renoncer aux tirs.
ChasseSuisse représente la totalité des activités liées à la chasse et crée des liens entre toutes les branches professionnelles et les associations importantes.

L’utilisation durable par la chasse est protection de la nature active
Les animaux vivant à l’état sauvage ne se sentent à l’aise que dans un habitat le plus possible intact. C’est pourquoi, les chasseurs s’engagent, dans des projets concrets, à préserver l’environnement naturel et à créer des connexions entre les divers habitats. Des zones de tranquillité offrent non seulement des endroits importants où les animaux peuvent se retirer mais contribuent également à leur conservation. Les chasseurs acceptent et soutiennent leur système, même si cela implique parfois des restrictions de chasse si celles-ci sont nécessaires et justifiées.
ChasseSuisse s’engage pour une protection de la nature active qui respecte la chasse.

La chasse est aussi une nécessité
Les populations d’animaux sauvages se régulent de manière autonome, même dans notre paysage rural agricole. Cependant, cette autorégulation occasionne une mortalité de masse et des épidémies. Il serait donc cynique et irresponsable de laisser les populations d’animaux sauvages abandonnées à elles-mêmes dans notre environnement actuel, défini et modelé en grande partie par l’homme. Une surpopulation d’animaux cause des dégâts à la forêt et aux cultures et provoquent souvent des accidents impliquant véhicules et personnes. La faune sauvage pénètre à l’intérieur des agglomérations et des villes. Les chasseurs peuvent réguler de manière précise les populations d’animaux sauvages, même dans les zones préurbaines.
ChasseSuisse soutient l’exploitation responsable des populations d’animaux sauvages ainsi que leur conservation.

La protection des populations prime sur celle de l’animal en tant qu’individu
Une population en bonne santé est plus importante que l’animal sauvage considéré individuellement. Une proportion ajustée des sexes, un équilibre des structures sociales et des âges, un habitat adapté aux besoins de chaque espèce, une liberté de mouvement et des lieux de refuge comptent davantage que la vie individuelle de l’animal.
Malgré cette vérité, les chasseurs suisses montrent un grand respect envers l’animal individuel. Ils ne dérangent pas les animaux sauvages, ne montrent aucune cruauté à leurs égards et veillent à garantir le tir mortel immédiat du gibier. Les chasseurs et les gardes-chasse allègent la souffrance des animaux sauvages en prélevant le gibier malade ou blessé. Les chasseurs suisses refusent, par principe, l’utilisation de méthodes cruelles envers les animaux.
ChasseSuisse intervient en faveur de la chasse au gibier, selon les principes de l’éthique et de la protection des animaux.

La venaison - précieuse, saine et délicieuse
Le superlatif du “bio”! La viande de chasse indigène provient d’animaux ayant vécu leur vie durant dans la nature. Les animaux sauvages se plaisent à habiter là où ils se sentent le mieux et où la nourriture est adaptée. Ils se nourrissent d’aliments ni traités ni contaminés. La viande d’animaux en bonne santé livre des denrées alimentaires de haute qualité, c’est à dire saines, libres de tous résidus et à l’hygiène irréprochable. La viande savoureuse et riche du gibier offre une alternative salubre et sensée à la consommation de denrées alimentaires industrielles.
ChasseSuisse exige un comportement professionnel et consciencieux dans l’apprêtage et l’utilisation du gibier prélevé. ChasseSuisse s’oppose à l'emploi d’antibiotiques et de vermifuges destinés aux animaux vivant à l’état sauvage.

Les armes de chasse – sécurité de l’homme et de l’environnement
La sécurité prime avant tout lors du rangement, du port et de l’utilisation des armes de chasse et de la munition. Le risque existe lorsque de tierces personnes non autorisées ou non formées accèdent aux armes, ou lorsque les utilisateurs d’armes font fi des règles  de sécurité lors de la manipulation ou du tir. L’entretien des armes, la participation aux exercices de tir et l’application des normes de sécurité font partie des devoirs de tout chasseur.
ChasseSuisse s’engage à promouvoir  un maniement consciencieux des armes de chasse ainsi qu’une solide formation au tir.